No-Log.org

Accès à Internet sans abonnement


[ GlobeNet ] - [ Le service No-log ] - [ Faire un don ] - [ Le projet ] - [ La plate forme technique ]
[ Ouvrir un compte ] - [ Lire mon courrier ] - [ Changer mon mot de passe ] - [ Supprimer mon compte ] - [ Guides de connexion ]

LE PROJET NO-LOG

L'accès à Internet par modems est l'une des activités historiques de GlobeNet, Fournisseur d'Accès Internet et hébergeur associatif.

Disposant de ses propres modems, l'association a toutefois du faire le choix de ne les utiliser que pour les membres de l'association situés à Paris où dans les communes de la petite ceinture, et de sous-traiter à des prestataires extérieurs les accès de tous les autres, en raison du coût des communications téléphoniques.

Cette sous-traitance étant onéreuse, et les services d'accès commerciaux se développant rapidement, la question du maintien de ce service s'est reposée à de nombreuses reprises lors des réunions du conseil d'administration depuis l'an 2000.

Le choix de ne pas l'interrompre a régulièrement été fait, principalement dans le but d'assurer aux associations membres la pérennité d'un service garantissant la confidentialité de leurs données de connexion, malgré le déficit chronique de cette activité, que les cotisations demandées ne suffisaient pas à couvrir (la liaison spécialisée Oléane, les lignes groupées, le support technique, la sous-traitance représentaient des coûts importants).

La question du maintien s'est une nouvelle fois posée cet hiver, mais avec de nouveaux éléments à prendre en compte :
la création du Groupement d'Intérêt Economique Gitoyen permettait à GlobeNet de se débarasser de la liaison spécialisée Oléane pour tous ses services, à l'exception de l'accès, car Il était difficilement envisageable de transférer les modems entassés dans le 15ème arrondissement dans les baies de Gitoyen. Il fallait donc trouver une solution alternative, et si possible en profiter pour résilier du même coup les contrats de sous-traitance.

GlobeNet n'étant pas la seule à mener une réflexion sur son activité de FAI, une discussion fut engagée au sein de Gitoyen, regroupant les trois Fournisseurs d'Accès présents : GlobeNet, FDN et Netaktiv, qui s'associèrent et bénéficièrent également de l'aide de Placenet pour créer un service d'accès par modems via un Numéro National en tarification locale.

Netaktiv ayant finalement décidé d'abandonner son activité de Fournisseur d'accès, GlobeNet et FDN restèrent seuls à faire le pari de la mise en place de ce service.

Depuis début mars, GlobeNet dispose donc de son prope numéro d'accès national, en totale indépendance.
Le prestataire choisi pour mettre à disposition les modems et la ligne nécessaire est Completel, et l'accès est géré par GlobeNet sur du matériel qui lui appartient installé dans les baies de Gitoyen.

Ce service sera à terme moins coûteux pour l'association que la plate-forme précédente, et GlobeNet est maintenant en mesure de proposer de l'accès par modems gratuit.

D'un point de vue économique, il est important de noter que le Fournisseur d'Accès, qui paye un abonnement au prestataire, reçoit en compensation un reversement par celui-ci d'une (toute petite) partie des sommes réglées par les utilisateurs pour leurs communications téléphoniques.

Donc : plus il y a d'utilisateurs, moins le service coûte cher.

LA LOI SUR LA SECURITE QUOTIDIENNE :

Dans un contexte d'inquiétude entretenue de l'opinion publique à l'égard des attentats survenus aux Etats-Unis, l'Etat français a décidé au début de l'automne de présenter un projet de loi visant à renforcer la sécurité sur le territoire : la Loi sur la Sécurité Quotidienne.

Le contenu de cette loi a été l'objet de nombreux débats quant aux conséquences que la LSQ pourra avoir sur la vie des français dès la parution des décrets d'application.

Pour en savoir plus, voir les quelques URL suivantes :
http://www.assemblee-nat.fr/ta/ta0718.asp
http://www.lsijolie.net/lsq/
http://www.iris.sgdg.org/actions/loi-sec/

Un article de cette loi méritait que GlobeNet s'y arrête, car il concerne plus directement les opérateurs et utilisateurs de l'Internet.

Il s'agit de l'article 29, qui stipule, en substance, que les opérateurs devront conserver pendant un an un certain nombre de données (dont la liste n'est pas encore tout à fait définie, mais qui contient au moins les données de connexion), à des fins de transmission à la justice dans le cas d'enquêtes ordonnées par un juge.

En compensation des coûts induits par ce stockage, il est prévu d'"indemniser" les opérateurs en leur permettant d'utiliser à des fins commerciales, et dans certaines limites, les données stockées concernant les utilisateurs.

De nombreux acteurs du secteur de l'Internet alternatif, non-marchand, se sont insurgés contre ce flicage institutionnalisé et rentabilisé des données personnelles.

Et si les décrets d'application sont pour l'instant gelés, nul doute qu'avec la fin du printemps et après quelqus échéances électorales, le temps du dégel arrivera... car si dans le public des voix se sont élevées, le vote par l'assemblée nationale a été quasi unanime.

NO-LOG.ORG : UN DOIGT DANS L'OEIL DE BIG BROTHER

Statutairement, GlobeNet s'adresse prioritairement à des associations, dans des domaines spécifiques (Solidarité Internationale, Mouvements pour la paix, Environnement,...).

Elle a également des membres individuels, mais n'a normalement pas vocation à ouvrir ses services à un large public.

Mais elle a aujourd'hui la possibilité de proposer un service d'accès national en tarification locale gratuit à qui bon lui semble, en garantissant l'éthique du service, et notamment l'absence de commercialisation des données, ainsi que la vérification systématique de l'origine des requêtes judiciaires et l'information des utilisateurs sur toutes ces requêtes.

Elle peut également s'abstenir de toute vérification des noms et adresses postales des utilisateurs (la loi n'impose pas ces vérifications).

Il serait donc dommage de ne pas utiliser ces moyens pour affirmer le refus de l'association de cette négation par l'Etat français des droits les plus élémentaires de l'individu au respect de sa vie privée.

S'étant donné pour but de par ses statuts de "favoriser un usage des Nouvelles Technologies de l'Information au service de la solidarité, du lien social et de la citoyenneté, afin de trouver de nouvelles applications riches de sens et pour que ces outils ne soient pas uniquement accessibles au secteur marchand et financier", elle a décidé d'ouvrir début avril 2002 un service d'accès à Internet gratuit tous publics, accessible via un numéro de téléphone en tarification locale sur tout le territoire métropolitain.

Sans pour autant se rendre hors-la-loi, GlobeNet ne demandera aucune information personnelle aux utilisateurs pour l'inscription à No-Log. Ni nom, ni adresse physique, ni aucune autre donnée susceptible d'être utilisée à des fins commerciales.
Les seules données conservées seront le numéro de téléphone de l'appelant, associé à l'adresse IP attribuée par le serveur pour la durée de la connexion.

GlobeNet s'engage à ce que les données stockées soient cryptées, et ne soient extraites qu'en cas de requête judiciaire. Elle informera mensuellement les utilisateurs du service du nombre de requêtes de ce type qu'elle aura reçues.

L'inscription se fera en ligne via la validation d'un formulaire et des conditions générales d'utilisation du service, sur http://www.no-log.org. Les comptes créés seront immédiatement actifs. Les utilisateurs bénéficieront également d'une adresse de courrier électronique gratuite @no-log.org.

Enfin, l'association s'engage à ce que l'argent éventuellement dégagé en excédent de l'amortissement du service soit intégralement réinvesti en toute transparence dans d'autres projets cadrant avec ses buts.


[ GlobeNet ] - [ Le service No-log ] - [ Le projet ] - [ La plate forme technique ]
[ Ouvrir un compte ] - [ Lire mon courrier ] - [ Changer mon mot de passe ] - [ Supprimer mon compte ] - [ Guides de connexion ]